• Ne le dis pas à maman - Toni Maguire

     

    Toni Maguire décrit avec simplicité et lucidité son enfance cauchemardesque et sa courageuse reconstruction, touchant au cœur des problématiques humaines extrêmement complexes : comment vivre avec une mère qui se voile la face devant l’horreur, comment se reconstruire après une enfance brisée, et surtout, comment pardonner à son entourage ? Le tout dans un style impeccable de sobriété et sans voyeurisme.

     

     

     

    Résumé :
    L’enfance prometteuse d’Antoinette cache un secret qui a failli la tuer. Dès l’âge de six ans, son père abuse d’elle. Courageusement, elle révèle l’indicible à sa mère, mais cela n’y fait rien, et des années de tortures sexuelles et mentales s’ensuivent. Enceinte de son père à quatorze ans, elle dévoile à nouveau son secret. Il est incarcéré, mais Antoinette est rejetée par sa famille, ses professeurs, et ses amis. Décidée à avorter, elle manque d’y laisser sa peau. Jeune adolescente, elle ne peut compter que sur elle-même pour se sortir de ce monde de dépression et de folie…

    ~ * ~ * ~

    Extraits :
    Je tentai de faire taire la voix. Je voulais que mes souvenirs restent dans les boîtes où je les tenais enfermés depuis trente ans, sans les regarder, sans jamais y repenser, sauf quand les heures noires les laissaient s'échapper et qu'ils parvenaient à se raccrocher au wagon d'un rêve finissant. Alors leurs froids tentacules caressaient mon subconscient et faisaient remonter des images floues du passé, jusqu'à ce que je me réveille pour les chasser.

    ⇒ C'est à ce moment-là que j'ai enfin compris que, si ma mère restait avec lui, c'était parce qu'elle le voulait bien.

    ⇒ Un fossé s'était creusé entre ma mère et moi, un espace froid que je ne pouvais franchir.Plus jamais elle ne s'arrangeait avec un voisin pour me faire la surprise de venir me chercher à la sortie de l'école. Plus jamais elle n'écoutait mes bavardages en souriant, et plus jamais elle ne passait des heures à me confectionner de jolis vêtements. Ma mère aimante et gaie avait cédé la place à une étrangère qui avait progressivement envahi son corps, jusqu'à ce que la mère que je connaissais ait tout a fait disparu et cette étrangère avait peu de temps pour moi. Comme je ne comprenais pas ce que j'avais fait de mal, j'étais de plus en plus déconcertée,malheureuse et seule.

    ~ * ~ * ~

    Mon avis :

    /!\ /!\ /!\ RISQUE DE SPOILERS ! ! ! /!\ /!\ /!\

     

    Ce que cette petite fille endure jusqu'à l'adolescence est très dur. Ce genre de chose ne devrait pas exister ! Comment peut-on faire ça à la chair de sa chair, à son sang ! ? Violer son enfant est, pour moi, comme se violer un peu soi-même...
    Je ne comprends déjà pas comment on peut vouloir violer quelqu'un, mais l'inceste (non consenti, bien entendu. Attention, je ne suis pas pour l'inceste consenti non plus, mais le cœur à ses raisons... enfin vous connaissez...) est une chose que j’abhorre par-dessus tout !
    M**** ! La gamine avait 6 ans la première fois ! ! !

    Le père est horrible (à tuer cet homme !), mais la mère ne vaut pas mieux ! Elle sait (du moins devine) ce que le père fait et elle fait l'autruche, en adoration complète devant son monstre de mari ! Même après que la vérité lui éclate à la figure, elle rend limite sa fille responsable de tout et cette dernière continue de lui porter un amour inconditionnel jusqu'à venir à son chevet, bien des années plus tard, alors qu'elle est mourante à cause d'un cancer !
    Étant moi-même maman, je ne comprends pas que l'on puisse à se point préférer son mari (alcoolique, injuste et violent avec la petite) à son propre enfant (surtout qu'Antoinette était loin d'être une enfant à problème)... Tout ce que cette petite fille voulait c'était être aimée comme une enfant normale et surtout par sa maman...
    Et l'entourage n'est pas mieux. Que ce soit la famille du père, son école, ses futurs-ex employeurs, les psy... Tout le monde la rejette comme si elle avait cherché ce qui lui était arrivé. Il n'y aura qu'un juge pour lui dire que rien n'est de sa faute, qu'elle n'a pas à s'en vouloir.
    Je pense que si elle avait révélé leur "secret" beaucoup plus jeune, elle aurait plus été traité en victime qu'en coupable. Mais heureusement que les mentalités ont évolué pour ce genre de choses aujourd'hui....

    Un livre qui m'a beaucoup touchée, mais qui ne devrait pas exister parce que ce genre de chose ne devrait jamais se produire !
    Émotifs, émotives, passez votre chemin...

    Il existe une suite Ils ont laissé papa revenir. Je pense que je la lirai un de ces jours.

    « Comme un frère - Françoise BourdinLe survivant - James Herbert »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 8 Novembre 2015 à 15:01

    je l'ai lu et ceux livre et horrible sérieusement 

      • Dimanche 8 Novembre 2015 à 15:43

        Je suis tout à fait d'accord. Ce qui m'a le plus choqué (en dehors de la mère qui n'en a rien à faire), c'est le rejet de tout le monde, comme si Antoinette avait délibérément fait des avances à son père ! Ça se serait passé de nos jours, je pense que les réactions seraient différentes...
        Mais c'est tout simplement horrible de passer du rôle de victime innocente à celle de coupable !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :