• Lebenstunnel T1 - Allégeance - Oxanna Hope

     

    Une uchronie dystopique superbement écrite qui donne à réfléchir à ce qu'aurait pu être l'avenir si...

    Lire la suite...


    4 commentaires
  •  

    Lire la suite...


    2 commentaires

  • Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Défi PKJ de Septembre 2017

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Elisabeta - Rozenn Illiano

     

    Attention à vous qui entrez ici, parce qu'il ne fait pas bon y être lorsqu'on est un vampire épris de liberté.

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Craquage du 26/08/2017
    Cliquez sur l'image pour l'agrandir.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Silver Spoon - La cuillère d'argent - Hiromu Arakawa

     

    Une petite incursion dans un lycée agricole, entre réalité et humour, travail et préjugés.
    Très réussi !

    Par la mangaka de FullMetal Alchemist !

    Adapté en film (japonais) et en animé de 2 saisons de 11 épisodes chacune.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  •  

    Bonjour.
    Merci d'avoir accepté de répondre à mes questions. ^^
    Tout d’abord, présentez-vous un peu.

    Bien le bonjour et un grand merci pour commencer, de m'avoir proposé cette interview.

    J'ai 45 ans (oui ça fait vieux je sais mes filles me le rappellent souvent :) ), je suis donc une maman (pas comme les autres il parait). Que dire de plus ? Je suis une adepte de la devise Carpe Diem et je profite donc de chaque instant de la vie.

    Ai-je précisé que je me prends rarement au sérieux ? La preuve en photo un jour de travail. :)

    Ce que j'aime ? Hum ... mes enfants, mes animaux envahissants, mes amis.

    Ce que je déteste ? Un peu comme tout le monde, je pense, les mensonges, l'hypocrisie.

    Pricipal défaut chez moi ? Têtue (hélas), trop franche aussi.

    Qualité ? heu ... je cherche encore :)

     

    Y a-t-il des auteurs qui ont bercé votre enfance/adolescence ?

    Oui, plusieurs : Stephen King, Christian Bernardac, principalement, puis vient Assimov, Serge Dalens, Victor Hugo.

    Je n'étais pas une adepte des Oui-Oui ou de la bibliothèque rose.

     

    Interview Stéfanie Hodier

     

    Depuis combien de temps l'écriture est-elle devenue une part non négligeable de votre vie ?

    Bonne question. Je ne pensais pas du tout écrire un jour. C'est venu comme ça, sur un défi de ma fille.

     

    Avez-vous des rituels lorsque vous écrivez ? Par exemple, écoutez-vous de la musique ou préférez-vous être au calme ?

    J’écoute de la musique, cela m'aide à mieux visualiser les scènes que je souhaite écrire. C'est comme un film dans ma tête, le plus dur est de trouver les mots justes, et surtout de ne rien rater pour bien faire ressentir les pressions ou sentiments.

    J'écris souvent la nuit (oui cela me réveille) car les idées fusent en vrac et je dois tout trier ensuite.


    Quel est, en moyenne, le temps que vous consacrez à l'écriture dans une journée lambda ?

    Je ne peux pas, hélas répondre correctement, j'écris sous l'impulsion du moment. J'ai toujours un cahier sur moi, ce qui me permet d'écrire où je veux quand je veux (surtout en réunion - c'est pas bien je sais - mais les idées arrivent par flot à ce moment là).

     

    Avez-vous l’ensemble de votre histoire en tête, ou il y a-t-il une grande part d’improvisation au fur et à mesure que les personnages prennent vie ?

    L'improvisation, oui j'aime. Mais dur à gérer, toutefois c'est possible. En général j'écris sur mon cahier et lors de la retransmission sur le PC j'en rajoute.

     

    Quelle est la première personne à lire ce que vous écrivez ?

    Sans hésiter Flo Renard une amie Twitter, puis ma fille Oriane (15 ans), puis viennent mes 2 filles, dont une en étude littéraire, ensuite ma sœur et pour finir mon mari car il fait la couverture et les illustrations.

     

    Faites-vous appel à des bêta-lecteurs ?

    Oh oui, j' en ai grand besoin, pour la cohérence du récit, la syntaxe etc... Je considère que New Life, le commencement est leur livre car sans eux il n'aurait jamais vu le jour.

     

    Comment et pourquoi en êtes-vous venue à choisir l’auto-édition ?

    Twitter est une mine riche d'auteurs en tout genre. J'ai crée des liens avec certaines personnes qui sont en auto-édition (dont mes bêtas) et qui m'ont poussé dans cette voix. L'avantage de cela permet d'écrire sans trop de contraintes. Et pour les maisons d'édition disons que cela ne m'est pas venu à l'esprit quand je vois les modifications à apporter. Je sais que cela peut être une bonne chose mais dans l'immédiat, je ne suis qu'une toute petite auteure donc la liberté me convient.

     

    Combien de livres avez-vous fait naître sous votre plume ?

    1 seul pour le moment, mais 2 en cours (et oui surprise). Je ne suis pas une rapide et j'écris sous l'impulsion (je me répète là non ?).

     

    Interview Stéfanie Hodier

     

    Où peut-on se le procurer ?

    Pour le kindle sur amazon : https://www.amazon.fr/NEW-LIFE-St%C3%A9fanie-Hodier-ebook/dp/B06XYM3XG3/ref=sr_1_1?s=digital-text&ie=UTF8&qid=1491043191&sr=1-1&keywords=new+life

    Sur Chapitre : http://ebook.chapitre.com/ebooks/new-life-9791022726672_9791022726672_10.html

    La version broché illustrée : https://www.bookelis.com/romans/26718-NEW-LIFE.html

    Sur Kobo : https://www.kobo.com/fr/fr/ebook/new-life-17

     

    Un petit aperçu des illustrations du broché.

     

    Interview Stéfanie Hodier                Interview Stéfanie Hodier

     

    Interview Stéfanie Hodier                 Interview Stéfanie Hodier

     

    Parlons maintenant un peu de « New Life T1 – Le commencement ». Vous dites que l'idée vous est venue grâce à votre frère. Pouvez-vous nous en dire plus ? Le côté virtuel/réel était-il déjà présent au départ ?

    Le fait d'écrire était un défi lancé par ma fille, puis le sujet est venu en discutant avec mon frère. Nous sommes tous les deux des adeptes de la SF et SFF ainsi que de l'horreur mais je ne voulais pas faire un truc standard. Lors de nos énièmes conversations outre-mer et décalage horaire (je suis en France lui au Canada), il m'a conseillé de regarder autour de moi et d'observer, d'analyser et que le sujet viendrait tout seul. Ce fut le cas en effet. Oriane étant une joueuse de Xbox j'ai trouvé mon sujet : le jeu vidéo, restait toutes les recherches à faire là dessus.

    Je précise quand même que je suis plus lectrice qu'écrivain, donc oui c'était un super défi et j'ai bien aimé le faire car j'ai beaucoup ris en l'écrivant.

     

    Interview Stéfanie Hodier

     

    Pouvez-vous nous dire comment vous avez choisi le titre de votre livre ?

    Vers le milieu de l'écrit, je me suis dit qu'il serait temps de nommer cet écrit. Sachant le contenu et là où je voulais emmener les lecteurs, le titre est venu tout seul.

     

    Vos personnages sont assez difficiles à cerner par ce qu'ils changent sans arrêt de « personnalité ». N'avez-vous pas peur que vos lecteurs s'y perdent et, du coup, se lassent de ces retournements de veste ?

    Sans doute un peu, mais cela est voulu. Tout sera expliqué dans le tome 2 (et oui va falloir attendre un peu).

    Vos personnages sont-ils purement fictifs ou certains sont-ils inspirés de votre entourage ?

    Caco existe vraiment ainsi que Tao, quant à Cory, Cerise et Loukas il y a une part de moi et de mon entourage pour certains autres personnages. D'ailleurs une ou deux scènes écrites se sont réellement passées.

    Interview Stéfanie Hodier

     

    Pourquoi ce choix de nous emmener dans les îles Samoa parmi toutes celles existantes ?

    Et pourquoi pas ? J'ai aimé le défi de me renseigner auprès des aéroports pour le trajet, et prendre les renseignements auprès de "l'office du tourisme" de Samoa. Tout comme les yeux verts de Cory qui ressemblent au lac de Kalimutu.

     

    Interview Stéfanie Hodier



    Si jamais vous pouviez entrer virtuellement dans un jeu et/ou une série/un film. Quel(s) serai(en)t votre(vos) choix ?

    Le choix est vaste mais je dirai pour commencer : Outlander pour la série quant au jeu : Destiny.

     

     Interview Stéfanie Hodier                   Interview Stéfanie Hodier

     

    Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur le prochain tome à venir ?

    Et si je vous y mets un extrait brut ?

    Sur l’île de Samoa, Medcen Hospital, chambre 311, service neurologie, un homme de 28 ans est dans le coma depuis six mois. Personne ne lui rend visite, c’est un inconnu, un oublié, suite au tragique accident du paquebot « ECHTACH » au large de l’île.

    Seul son portefeuille, qu’il avait miraculeusement sur lui, peut permettre de l’identifier. Il s’appelle Sasha Sobek, 28 ans, habite Kilkenny en Irlande, mesure environ 1m90, une belle musculature qui fait pâmer les infirmières, des cheveux noir corbeau, quant à la couleur de ses yeux il faudra attendre qu’il se réveille.

    Le personnel médical rentre dans la chambre afin de faire le relevé des constantes.

    — Personne n’est venu le voir depuis que la police a lancé un appel à reconnaissance. Le pauvre, à croire qu’il n’a pas de famille ou d’amis. Tu te rends compte, Inoa, partir en vacances, serein et heureux, et au bout du compte tu te retrouves dans un lit d’hôpital, sous perfusion et sonde, dans le coma.

    — C’est la faute à pas de chance, et ne va pas t’amouracher de ce patient, Selena. Quand on prend un bateau avec ce nom, il faut s’attendre au pire.

    — Et que fais-tu de l’espoir ? Peut-être ignore-t-il la signification du mot echtag ?

    — Il est irlandais, sur un bateau irlandais ! Allons, comment aurait-il pu ignorer que le nom du bateau est en gaélique et signifie « qui donne la mort » ? Personnellement, je me serai renseignée, ce n’est pas commun comme nom.

    — Mais bien sûr, Inoa, la grande ! Inoa sait tout sur tout ! Inoa vaut mieux que tout le monde ! En attendant aide-moi plutôt à changer ses draps.

    Suite à l’échouement du bateau Echtach, les rumeurs ont commencé circulé :

    « Le bateau est maudit… Pourquoi donner un nom pareil à un paquebot ? Il parait qu’il transportait des caisses dangereuses et des personnes plus que bizarres… 1200 passagers et seulement 150 de vivants, c’est terrible… Un survivant affirme avoir entendu une explosion mais les commissaires doutent, en effet de sa suite il ne pouvait rien entendre d’autant plus qu’il était en train de cuver… »

    L’infirmière et l’aide-soignante commence à enlever les draps. Au moment de basculer le patient sur le côté, Selena se fait agripper le bras par Sasha.

    Surprise, elle pousse un cri. De grands yeux vert intense comme le lac de Kelimutu, l’observent.

    — Pardon, vous m’avez fait peur. Inoa appelle le médecin ! Sasha est réveillé.

    Inoa s’empresse d’aller au poste de soin et de contacter le neurologue de garde.

    — Vous m’entendez ? Est-ce que vous me comprenez ? Si oui serrez ma main s’il vous plait, demande Selena.


    A suivre pour le reste, car là c'est juste une ébauche.

     

    Avez-vous d’autres projets littéraires ?

    Oui je compte écrire la suite et (j'espère) fin de New Life, j'ai aussi un autre récit en cours qui est à l'opposé de celui-ci.

     

    Encore une fois, merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à mes questions. ^^
    Un dernier mot pour la fin ?

    Merci, Mylène, de m'avoir accordé de ton temps et de m'avoir lu. Je remercie aussi tous mes satellites : Bêtas lecteurs, amis et amies, famille de m'avoir soutenu et surtout de m'avoir poussé à me lancer dans l'auto-édition. Je n'y serais pas parvenue sans eux car je ne me sentais pas à la hauteur (et c'est toujours le cas). Je persiste à dire que je suis plus lectrice qu'écrivain et donc j'ai pleinement conscience que ce j'ai pu publier ne plait pas à tout le monde, mais j'aurai essayé et rien que pour ça je remercie tout le monde. Toutes les critiques apportées seront prises en considération pour les prochains (encore faut il que je les finisse) car cela permet d'avancer et j'aime apprendre.

     

    Interview Stéfanie Hodier

     

     

     

    Je remercie une fois encore Stéfanie Hodier d'avoir eu la gentillesse, l'humour et la patience de répondre à mes questions.
    Si vous en avez, n'hésitez pas à (lui) poser des questions dans les commentaires. ;-)

     

     

     

     Bibliographie de Stéfanie Hodier :

    New Life T1 - Le commencement

     
    New Life T2  (En cours) 

     


    Livre lu

    New Life T1 - Le commencement

      

    Où retrouver l'auteure ?

    Blog

    Twitter

    Facebook

    Amazon

     

     


    2 commentaires
  • Timothy Blake : La mort en héritage - Bridget Page

     

    Entre traque et folie, ce roman vous emmènera dans les confins de la noirceur humaine.

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Interview Thomas Lejeune

     

    Bonjour.
    Merci d'avoir accepté de répondre à mes questions.
    ^^
    Tout d’abord, présentez-vous un peu.

    J'ai passé le cap des trente ans, hélas, et après une longue période d'intérêt quasi exclusif au sport, l'écriture est venu m'interpeller. Je suis aussi papa d'une petite intrépide d'un an et demi.

     

    Y a-t-il des auteurs qui ont bercé votre enfance/adolescence ?

    Non, dans le sens où j'ai surtout lu des obligations scolaires et que ça ne m'avait pas forcement botté, mis à part le souvenir de « 1984 » de George Orwell dont je garde un souvenir certain.

     

    Interview Thomas Lejeune

     

    Depuis combien de temps l'écriture est-elle devenue une part non négligeable de votre vie ?

    Depuis trois ans.

    Avez-vous des rituels lorsque vous écrivez ? Par exemple, écoutez-vous de la musique ou préférez-vous être au calme ?

    La musique vient régulièrement accompagner l'activité du clavier. Elle peut aussi être un bon échauffement pour faire défiler ce que je suis censé raconter.

     

    Quel est, en moyenne, le temps que vous consacrez à l'écriture dans une journée lambda ?

    C'est très variable. Si je suis plongé au beau milieu d'un roman, les heures passent sans que je m'en rende compte, plus rien ne compte (ou presque) autour. Et il y a des jours où on a beau le vouloir, mais ça ne vient pas.

     

    Avez-vous l’ensemble de votre histoire en tête, ou il y a-t-il une grande part d’improvisation au fur et à mesure que les personnages prennent vie ?

    J'aime créer un schéma directeur dans lequel je sais où je vais. Mais je ne peux m'empêcher, et c'est bien là le côté le plus plaisant, d'ajouter, de saupoudrer des détails qui ne me seraient pas venu au premier jet.

     

    Quelle est la première personne à lire ce que vous écrivez ?

    Ma compagne, l'heure du grand jugement !

     

    Faites-vous appel à des bêta-lecteurs ?

    Oui, ils sont essentiels pour pointer ce qui ne colle pas où éveiller ce que eux, en tant que lecteurs, auraient aimé trouver. C'est un gros boulot de leur part et un immense service rendu.

     

    Comment et pourquoi en êtes-vous venu à choisir l’auto-édition ?

    Parce que comme beaucoup, je pense, on démarre en imprimant une tonne de papier, jouant au loto de l'édition en frappant aux portes et puis, le temps passe, les réponses négatives affluent. Et là, le miracle de l'auto-édition opère pour enfin avoir des lecteurs et partager ce qui nous a accompagné d'incalculables heures.

    Combien de livres avez-vous fait naître sous votre plume ?

    Seulement deux, mais déjà un sacré défi relevé à mon niveau.

     

    Interview Thomas Lejeune                             Interview Thomas Lejeune

     

    Où peut-on se les procurer ?

    Sur les plateformes en ligne d'auto-édition mais également sur les sites spécialisés (Fnac, Cultura, Dilicom…) et via « Bookelis », physiquement en papier chez votre libraire.

    Interview Thomas Lejeune                                  Interview Thomas Lejeune
    Couverture ebook                                                               Couverture broché

     

    Parlons maintenant un peu de « Une dose d'adrénaline ». Comment vous est venue l'idée d'écrire un thriller, ce thriller ?

    Un thriller car j'aime ce style où on tente de jouer avec le suspense et les émotions sans tomber dans le gore. Cette idée m'est venu après un voyage en Irlande où j'ai capté (ne me demandez pas pourquoi…) la possibilité de cette histoire. Les gens croisés, l'atmosphère, les échanges, l'excitation, c'est la recette qui m'a amené à cela.

     

    Pourquoi ce choix de mettre autant l'adrénaline en avant, presque comme si c'était un personnage à part entière ?

    J'ai longtemps été sportif assidu et cet élément, on court après, c'est une drogue légale et vivement conseillé. Alors, j'ai eu l'envie de rechercher comment se la procurer dans une vie de tous les jours, romancé bien évidement. Ce fut une évidence d'écrire le second sur ce thème.

     

    Ermingh est un personnage que j'ai pris plaisir à détester. Rentrer dans sa tête n'a-t-il pas été trop difficile ?

    Non car je pense que l'on aime a croire que des flics de ce type existent partout, trainant avec eux un lot de magouille à n'en plus finir. C'est aussi un aspect « facile », bien aidé par le cinéma mais j'ai rapidement trouvé ce personnage.

     

    Emmy est un personnage que la vie n'a pas épargné, ce qui lui a forgé un caractère bien trempé. Est-elle porteuse d'un message particulier ?

    Je pense que j'aurai pu aimer être Emmy. Elle fonce, elle joue, elle recherche ce je ne sais quoi qui doit et peut rendre la vie excitante, tout comme moi. Je n'ai pas la prétention d'être vecteur de message mais si c'était le cas, j'aimerai que la vie soit chaque jour un lot de surprises, de rebondissement, bref : un livre !

     

    Interview Thomas Lejeune

     

    Pourquoi le choix du Monopoly ? Pour le côté voyage ?

    Je n'y joue jamais (trop long à mon goût) mais le Monopoly, c'est cette boîte que l'on traîne chez soi toute sa vie, la première qui nous fait croire au pouvoir d'acheter, vendre, posséder et échanger tous ces beaux billets colorés. Avec Paris, c'était le lien idéal pour là encore garder l'aspect du jeu. Et puis, je pense que la plupart le connaisse, donc identifiable aisément.

     

    Et vous, quel est votre jeu de société favori ?

    L'awalé : simple, basique, fait tourner les méninges.

     

    Interview Thomas Lejeune

     

    Avez-vous d’autres projets littéraires ?

    Oui !!! Un 3ème synopsis avec qui je vis une relation compliqué. Je ne le quitte plus par moment, l'agrémentant de détails pour le rendre le plus vivant possible. Et puis d'autres périodes où je le laisse en sommeil, si toutefois il veut bien écrire l'histoire tout seul à ma place...

     

    Encore une fois, merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à mes questions. ^^
    Un dernier mot pour la fin ?

    Un très grand MERCI pour l'intérêt apporté à mes romans, et répondre à cet interview fut assez plaisant !

     

     

    Interview Thomas Lejeune

     

     

     

     

    Je remercie une fois encore Thomas Lejeune d'avoir eu la gentillesse et la patience de répondre à mes questions.
    Si vous en avez, n'hésitez pas à (lui) poser des questions dans les commentaires. ;-)

     

     

     

     Bibliographie de Thomas Lejeune :
    Renversant
    Une dose d'adrénaline

     

     


    Livre lu

    Une dose d'adrénaline

      

    Où retrouver l'auteur ?

    Facebook

     


    2 commentaires
  • Le Berceau de la peur - Louise Voss & Mark Edwards

     

    Un roman coup de cœur en mêlant une histoire intense et, paradoxalement, une plume légère.

    Lire la suite...


    6 commentaires
  •  

    Interview Ludovic de Mots & Légendes


     

    Bonjour.
    Merci d'avoir accepté de répondre à mes questions. ^^

    Bonjour, c'est moi qui vous remercie de me donner l'occasion de m'exprimer un peu sur mes activités :)

     

    Tout d’abord, sans parler de votre métier, présentez-vous un peu.

    Je m'appelle Ludovic, j'ai 37 ans et je suis un passionné d'imaginaire, d'écriture, de jeux vidéos et d'Internet... Je suis sans doute un peu geek, mais il ne faut pas le dire...

     

    Interview Ludovic de Mots & Légendes

     

    Y a-t-il des auteurs qui ont bercé votre enfance/adolescence ?

    J'ai peu de souvenirs d'auteurs qui m'aient marqué avant l'adolescence. Je crois qu'étant petit j'associais la lecture aux lectures imposées par l'école et de ce fait j'ai pris une grande claque en découvrant vers 15 ans Conan Doyle et son Sherlock Holmes et, surtout, Stephen King qui m'a ouvert tout un univers. Je ne pouvais plus me passer de découvrir ses textes où le surnaturel faisait son intrusion dans un monde bien réel.

    J'ai par la suite commencé à lire un peu de tout, en particulier Anne Rice ou Tolkien. Je garde depuis cette période un profond amour pour les vampires et la Fantasy.

     

    Qu'est-ce qui vous a poussé à choisir, professionnellement, le domaine littéraire, et plus particulièrement celui de l'édition ?

    À la base, je ne pensais pas un jour éditer des livres. Si j'avais pu l'anticiper, je crois que j'aurais été plus attentif à mes cours de français. :)

    Je suis venu à l'édition parce que j'ai commencé à écrire pendant l'adolescence et, grâce à Internet, j'ai fait mes premiers échanges autour de l'écriture, j'ai découvert des gens avec qui partager ma passion. J'ai ensuite ouvert un site, je me suis impliqué dans différents projets créatifs jusqu'à finir par créer, aux alentours de 2007, une parution gratuite numérique du nom de « Mots & Légendes ».

    Ce webzine avait alors pour but de donner un projet communautaire au forum de mon site « Le Royaume des Mots Rêveurs ». J’étais à l’époque très inspiré par les webzines déjà existants que j'admirais pour leur magnifique travail.

    Je me suis ensuite pris au jeu et au fil des années le nom du site a changé pour devenir Mots & Légendes. Puis l’envie de tester d’autres choses et le développement du livre numérique m’ont fait me tourner vers la création d’une maison d’édition...

     

    Est-ce votre premier poste ? Avez-vous travaillé dans d'autres maisons d'édition ?

    Compte tenu de mon parcours, c'est effectivement mon premier poste que j'ai pu exercer en tant qu'amateur pendant de longues années. Ce n'est pas une voie de formation traditionnelle, mais j'espère qu'elle me permet de cultiver une certaine différence dans mon approche de ce travail.

     

    Parlez-vous un peu de votre métier. Que faites-vous exactement ?

    Étant le seul employé de Mots & Légendes, je change de casquette régulièrement pour occuper tous les postes. Cela va de la réception des textes, à la sélection des publications, les corrections, le travail avec les illustrateurs pour les couvertures, la mise en place des maquettes des livres en version papier ou numérique, en passant par le choix du prix et du format du livre, sa commercialisation... et on peut aussi y ajouter le travail d'animation des réseaux sociaux et du site de Mots & Légendes. J'ai du coup la sensation d'être toujours en retard sur quelque chose.

     

    Interview Ludovic de Mots & Légendes

     

    Pouvez-vous nous présenter la maison d'édition Mots & Légendes ?

    Mots & Légendes est une maison d'édition dédiée à l'imaginaire qui aime les bons textes et les belles illustrations. À la base, quand le webzine avait été créé, l'idée était de faire connaître de nouveaux auteurs français. C'est toujours le cas et avec encore davantage de motivation pour arriver à faire découvrir nos auteurs.

     

    Combien de tapuscrits recevez-vous en moyenne par mois, même si j'imagine que c'est très variable ?

    La sélection des textes étant un travail important qui prend énormément de temps, j'ai fait le choix d'ouvrir les réceptions de tapuscrits à des dates données en passant des appels à textes. Cela m'évite ainsi d'avoir un trop gros volume de tapuscrits à lire et de mettre trop de temps pour répondre à un auteur.

    Pour donner une idée, le dernier appel à textes, qui avait pour thème Malédiction, a reçu 108 nouvelles. Ce qui a représenté un énorme travail autant pour la sélection des nouvelles que pour l'envoi de réponses personnalisées.

     

    Sur quoi vous basez-vous pour les accepter ou non ?

    Il y a plusieurs critères pour sélectionner un texte. Le premier, et le plus important, c'est le coup de cœur. Si quand je ressors de l'histoire, j'ai éprouvé du plaisir à suivre le personnage, si l'auteur a su me surprendre... J'ai alors envie de m'impliquer et d'essayer de faire connaître ce récit.

    J'ai besoin de ce coup de cœur pour la motivation qui va accompagner le travail sur le texte jusqu'à sa parution.

    Il y a ensuite d'autres critères qui rentrent en jeu : la maîtrise du français, les répétitions de mots, les points faibles et points forts du texte.

    Il se peut aussi qu'il y ait des problèmes de cohérence. Dans ce cas, avant d'en parler à l'auteur, il faut anticiper jusqu'à quel point cela peut changer l'histoire... L'idée étant pour moi de ne pas demander une réécriture complète à un auteur pour rester dans l'esprit du récit.

     

    Interview Ludovic de Mots & Légendes

     

    Que diriez-vous aux auteurs qui voudraient en déposer un chez vous ?

    C’est sans doute un conseil valable pour toutes les maisons d’édition, mais je conseille de bien relire son texte, de le faire lire à des proches ou sur des forums d'auteurs comme : l'Orée des Conteurs, de bien travailler ses répétitions et, quelle que soit la réponse, de ne jamais baisser les bras. Chaque éditeur a sa propre sensibilité et un texte refusé chez X peut être accepté chez Y.

     

    Parmi les livres édités chez Mots & Légendes, y en a-t-il qui vous ont particulièrement marqué ?

    C'est une question complexe, car chaque publication est unique à mes yeux et j'ai bien du mal à choisir... J'ai envie de mentionner « Quatre enquêtes d'Erem de l'Ellipse » d'Anthony Boulanger, car c'est la première parution professionnelle de Mots & Légendes. C'est également avec ce recueil de nouvelles que l'on a fait notre première parution papier.

    Je pense aussi à « Faon » de Jean Bury, le premier roman de Mots & Légendes.

    Et puis une grosse pensée pour le webzine Mots & Légendes numéro 9 qui est le dernier webzine paru et qui sera bientôt retiré des téléchargements. Je garde un très bon souvenir du travail sur ce magazine numérique et cela me fera quelque chose quand il ne sera plus disponible. C'est un projet que j'aurais aimé continuer, mais je ne pense pas avoir le temps de le faire encore. Sa disparition signifie aussi la fin d'une époque, la fin d'un cycle pour se concentrer sur un nouveau.

     

    Interview Ludovic de Mots & Légendes     Interview Ludovic de Mots & Légendes     Interview Ludovic de Mots & Légendes

     

    Comment se positionne Mots & Légendes par rapport au livre papier et au livre numérique ?

    Ayant commencé à publier des webzines numériques, j'aime le numérique et j'aime publier des ebooks. C'est un format que j'apprécie pour sa flexibilité, sa rapidité pour échanger... C'est mon côté geek qui doit ressortir. :)

    Cependant, je comprends qu'on préfère lire les livres en version papier et c'est pour cela que Mots & Légendes publie aussi en format papier, grâce à l'impression à la demande.

    J'ai donc une préférence pour le numérique, mais je suis persuadé que les deux versions se complètent, la guerre papier contre numérique me paraît stérile, et l'important se trouve dans les histoires qui sont racontées.

     

    Interview Ludovic de Mots & Légendes

     

    J'ai vu qu'il y avait pas mal de nouvelles gratuites sur le site. Pourquoi ce choix ?

    Ces nouvelles gratuites sont l'héritage du webzine, on y retrouve donc, sous format individuel, des nouvelles qui étaient parues gratuitement dans le webzine. On y trouve aussi quelques projets un peu hors cadre, comme les bandes dessinées de Gwenran.

    En terme de choix, à la base, l'idée était de ne pas perdre ces textes, de continuer à pouvoir les faire lire et, grâce au format individuel, de pouvoir les publier sur des librairies numériques comme Amazon.

    Des nouvelles gratuites peuvent être un bon moyen pour faire découvrir un auteur et, peut-être, lui faire gagner un peu en notoriété.

     

    Pouvez-vous nous présenter vos dernières publications ?

    Notre dernier roman est paru le 1er juin, il s'agit d'un roman de Grégory Covin qui se nomme « Le Nouveau Règne ». C'est une histoire sombre qui mélange des références à Lovecraft avec un univers et un personnage faisant penser à Conan... Cependant, au lieu d'avoir un guerrier, nous suivons les aventures d'une guerrière en quête d'un remède pour sauver son homme.

    Et il y a aussi l'anthologie « Malédiction » qui va réunir 15 textes autour du thème de la malédiction. C'est un gros volume (environ 350 pages) en préparation et j'espère que le choix varié des histoires fera plaisir aux lecteurs. La parution est prévue pour fin septembre.

    Il y a aussi « Entre la Louve et l’Olympe » de Kevin Kiffer, un roman où l'on voit la guerre que se livrent les dieux au travers des actions des hommes. C'est un roman ambitieux où l'on suivra Ofella qui cherche à venger sa famille qui a été brûlée pour des raisons politiques par Marius. Ofella se rangera donc du côté de son ami Sylla dans un combat où Rome sera au centre des préoccupations... Autant des humains que des divinités comme Vénus ou Artémis. C'est un roman épique, avec des questionnements sur ses propres choix, ses allégeances, des amitiés brisées par les dieux également. Et c'est aussi une façon ludique de découvrir cette partie de l'Histoire, que je ne connaissais pas très bien.

     

    Interview Ludovic de Mots & Légendes      Interview Ludovic de Mots & Légendes       Interview Ludovic de Mots & Légendes

     


    Pour les intéressés, comment se passent les partenariats ? Comment Mots & Légendes perçoit-elle l'univers de la blogosphère ?

    Pour les partenariats, c'est quelque chose de fondamental pour Mots & Légendes. Le retour de lectures et les articles nous permettent de progresser, d'avoir un moyen d'évaluer comment l'histoire est perçue... Paradoxalement, on a plus de mal à avoir l'avis des acheteurs des ouvrages.

    Je pense aussi que la blogosphère est capitale pour faire connaître de nouveaux auteurs et éditeurs. C'est à chaque fois une belle mise en avant et je ne remercierai jamais assez toutes les personnes qui ont pris le temps d'accepter des partenariats.

    En ce qui concerne les partenariats, j'essaye de privilégier nos lectrices régulières et mets un point d'honneur à accepter les critiques telles qu'elles tombent. C'est la règle du jeu et c'est important pour l'impartialité de la critique.

    Après avoir connu quelques mauvaises expériences avec l'envoi de livres, sans que la lecture espérée ne soit faite, j'ai centré mes partenariats autour du site SimPlement où vous pouvez retrouver Mots & Légendes à cette adresse : https://simplement.pro/u/motsetlegendes.

    Je fais surtout des partenariats numériques, mais j'essaye aussi d'en faire quelques-uns avec des livres en version papier.

     

    Et vous, est-ce que passer du côté des auteurs vous tenterait ?

    Il y a quelques années, j'ai eu la chance de publier un peu dans différents webzines, aujourd'hui disparus, et j'avais quelques nouvelles qui devaient paraître dans des maisons d'édition qui ont fermé également... C'est un univers un peu rude pour les petites structures qui ferment régulièrement. :(

    Dans l'état actuel, j'essaye de reprendre mes vieux textes pour les remettre au goût du jour... On verra si cela donne quelque chose en terme de publications par la suite. Le manque de temps fait que je n'avance pas vite et que ce n'est pas ma grosse priorité, mais j'aimerais bien redonner vie à mon petit univers de Fantasy.

     

    Encore une fois, merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à mes questions. ^^
    Un dernier mot pour la fin ?

    C'est moi qui vous remercie pour cette possibilité de m'exprimer et de partager un peu mon quotidien.

    Pour finir, j'ai envie d'encourager les lecteurs à découvrir les petites structures de l'édition, de s'écarter un peu des chemins balisés des différents classements des libraires et de ne pas hésiter à venir nous voir sur Mots & Légendes et notre forum pour échanger avec nous.

    Et puis, si vous avez un projet créatif en tête, n'hésitez pas à vous lancer, à tester, vous ferez de fabuleuses rencontres en route !

     

     

     

    Je remercie une fois encore Ludovic de Mots & Légendes d'avoir eu la gentillesse et la patience de répondre à mes questions. Merci aussi pour ses réponses sincères et complètes.
    Sans compter que je suis très honorée qu'il ait bien voulu inaugurer cette nouvelle rubrique. ^^

    Si vous en avez, n'hésitez pas à (lui) poser des questions dans les commentaires. ;-)

     

     

     

     Où retrouver la maison d'édition Mots & Légendes ?

    Site

    Twitter

    Facebook

     


    2 commentaires