• Défi PKJ de Juillet 2017

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Exilium T2 (2/2) - Les legs noirs - Frédéric Bellec

     

    Attention, la forêt de Saint-Amand n'est plus aussi sûre qu'avant !

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Craquage Bouquins-occaz du 14/06/2017

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Faon - Jean Bury

     

    Laissez-vous emporter dans une aventure ou réalité et illusions se mêlent avec brio.

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Inverview Loïc Dossèbre

     

    Bonjour.
    Merci d'avoir accepté de répondre à mes questions.
    ^^
    Tout d’abord, présentez-vous un peu.

    Eh bien je m’appelle Loïc, j’ai vingt-et-un ans, je suis passionné d’Histoire et j’écris des
    récits de fiction. En 2014, je me suis lancé dans une drôle d’aventure : déterminé à vivre du
    métier d’auteur, je me suis mis au défi d’écrire un roman. Aujourd’hui, j’ai rangé au placard
    ce premier manuscrit, mais je ne désespère pas de vivre un jour de ma plume. J’écris des
    nouvelles, des articles, des billets, et de manière plus générale, je me sers de mon blog pour
    satisfaire ma curiosité et partager mes passions.


    Quels ont été les auteurs qui ont bercé votre enfance ?

    Pour être honnête, je n’ai découvert que très tardivement le plaisir de la lecture. Je ne sais
    pas exactement d’où me vient cette lacune. Sans doute une mauvaise expérience en cours de
    français, qui, excitant mon esprit de contradiction, m’a longtemps poussé à rejeter les livres.
    « Mémoire d’Hadrien » est le premier roman que j’ai véritablement apprécié. J’avais dix-sept
    ans, et ce fut une révélation. Une triple révélation, en fait. Il en découle mon amour de
    la littérature, mon amour du monde antique, et je crois une grande partie de ce qui fonde
    aujourd’hui mon caractère. J’ai beaucoup d’admiration pour Marguerite Yourcenar, elle est
    sans aucun doute l’un de mes modèles dans la vie. Autrement, comme tout le monde je
    suppose, j’ai eu mes lubies : d’abord les romantiques français, Musset en tête ; puis
    quelques auteurs anglo-saxons, avec Poe et LovecraftMaupassant, que je détestais à
    l’école, garde une place à part dans mon cœur, tant je prends plaisir à le redécouvrir.


    Depuis combien de temps écrivez-vous ?

    Aussi paradoxal que cela puisse paraître pour un enfant qui ne lisait pas beaucoup, j’ai
    toujours eu l’envie d’écrire. Si mes souvenirs sont exacts, j’ai tenté d’écrire mon premier
    roman à l’âge de neuf ou dix ans. Naturellement, la tentative fut avortée au bout de quelques
    lignes. Mais ! l’idée ne m’a jamais réellement lâché, j’ai fait plusieurs autres essais tout au
    long de mon adolescence, et voilà où j’en suis actuellement. Je n’écris de manière
    professionnelle que depuis novembre 2014.


    Comment écrivez-vous ? Avez-vous des rituels ? Écoutez-vous de la musique ou
    préférez-vous être au calme ?

    Je n’ai pas de rituel à proprement parler, au sens où il n’y a rien que je fasse en écrivant dont
    je ne puisse me passer. Mais la plupart du temps, j’ai à portée de la main une vieille balle de
    base-ball canadienne, que j’aime tripoter et faire rouler sur mon bureau. M’occuper les
    mains m’aide à réfléchir pendant que je travaille. En dehors de ça, j’écris le plus souvent sur
    des feuilles volantes, avant de tout retranscrire à l’ordinateur. J’aime le contact de l’encre et
    du papier. Du reste, je n’écoute pas de musique lorsque je rédige ; je trouve que ça parasite
    l’écriture, qui est avant tout une affaire de rythme.


    Combien d’heures par jour écrivez-vous ?

    Entre deux et quatre. Le reste du temps, je fais des recherches, je lis, je flâne, je bricole mes
    fiches… Mes journées sont très mal organisées, je le crains. Je travaille de manière
    décousue, la nuit le plus souvent.


    Avez-vous l’ensemble de votre histoire en tête, ou il y a-t-il une grande part
    d’improvisation ?

    Plus le temps passe, et plus je fais des plans. J’en ai toujours fait, mais au début,
    j’improvisais de chapitre en chapitre. Je me disais : il faut aller du point A au point Z, et
    entre les deux, carte blanche. À présent, je mets plus de soin à la préparation de mes
    intrigues. J’ai l’impression qu’on est plus libre de jouer avec les mots quand on n’a pas a se
    soucier de l’ossature du texte.


    Quelle est la première personne à lire ce que vous écrivez ?

    Tout dépend de la disponibilité de mon entourage ! Ou bien des amis, ou bien la famille.


    Faites-vous appel à des bêta-lecteurs ?

    Cela m’arrive, bien qu’il soit diablement difficile d’en trouver. Si j’osais, je demanderais s’il
    n’y pas quelques volontaires dans la salle.


    Si je ne me trompe pas, tous vos écrits sont sur votre blog, disponibles gratuitement.
    Pourquoi ce choix ? N'avez-vous pas envie de tenter l'aventure de l'auto-édition ?

    Pour être tout à fait exact, la plupart de mes écrits sont disponibles sur mon blog, mais pas
    tous. Certains ne seront tout simplement jamais publiés, et d’autres le seront sur des
    supports différents. L’auto-édition me tente évidemment, j’ai d’ailleurs pour projet d’écrire
    une saga se déroulant au XIXème siècle, et qui, si tout se passe bien, sera disponible sur
    Amazon.

     

    Inverview Loïc Dossèbre         Inverview Loïc Dossèbre        Inverview Loïc Dossèbre         Inverview Loïc Dossèbre  


    Combien de livres à votre actif ?

    Quatre nouvelles : Nuit grise, Le Connétable, Réquisitoire pour un Dimanche et Sur le seuil,
    que vous m’avez fait l’honneur d’évoquer sur ce blog. Il y a également Celui qui ne voulait
    pas, mon premier roman, mais ce dernier reste pour l’instant bien à l’abri de mes boites à
    archives.

     

    Inverview Loïc Dossèbre


    Comment vous est venue l'idée de votre nouvelle « Sur le seuil » ?

    Je revenais de l’Imagina’livres – très bon salon, par ailleurs ! –, deux jeunes femmes
    discutaient dans le train, une rangée devant la mienne ; l’une dit à l’autre qu’elle
    s’inquiétait, car deux semaines de suite, le samedi, à la même heure, on était venu frapper à
    sa porte sans qu’elle n’ait eu le temps d’ouvrir. Et voilà. J’ai rapidement noté ceci sur mon
    smartphone : « Histoire d'épouvante – quelqu’un ou quelque chose frappe à la porte, chaque
    jour à la même heure. » La lecture de Lovecraft et mes souvenirs de la Métamorphose de
    Kafka ont fait le reste.


    Elle se passe en 1922. Pourquoi le choix de cette date ?

    Je suis un peu vieux jeu. Je n’aime pas notre époque et la plupart de mes histoires se passent
    il y a longtemps, que ce soit à l’entre-deux-guerre, à la Renaissance ou même dans
    l’Antiquité. Esthétiquement, je trouve que le XXIème siècle est le pire d’entre tous. Surtout
    en France. Je veux dire : la France contemporaine, comme décor de fiction, c’est…
    déprimant. Je ne conçois pas de faire évoluer mes personnages dans la France
    d’aujourd’hui, tout simplement parce que la trouve laide à mourir ; et je ne conçois pas de
    faire évoluer mes personnages dans d’autres pays, pour la bonne raison que je ne connais
    pas d’autre pays que le mien, et que je ne veux pas « faire semblant ». Par voix de
    conséquence, situer mes récits dans des époques reculées, sujettes à réinterprétation, est
    devenu mon habitude.


    Vous avez choisi un homme d'un certain âge comme personnage principal. Y-a-il une
    raison particulière ?

    Ça n’est pas un choix réfléchi, mais en y songeant, je pense qu’un personnage jeune aurait
    sans doute eu moins de crédit, mettant le lecteur en garde à la fin du texte. De telles
    déclarations exigent une certaine contenance.


    L'homme possède beaucoup de livres chez lui (six-mille-sept-cent-vingt-huit
    exactement). Pourquoi ce chiffre (oui, je suis curieuse ! :D ) Est-ce une petite part de
    vous que vous qui brille à travers lui ?

    J’ai toujours été fasciné par les grandes bibliothèques. L’un de mes dossiers Pinterest est
    uniquement consacré aux vastes étalages de livres ; je trouve que les murs recouverts de
    vieux bouquins ont quelque chose d’apaisant, en plus de faire montre d’une certaine
    élégance. Quant à ressembler à ce vieil ermite, Zeus m’en garde… Même si je suis un peu
    agoraphobe.


    Dans votre nouvelle, la frontière entre réalité et folie est bien mince, faisant douter le

    lecteur (enfin moi en tout cas ^^) de ce qu'il faut croire ou non. Est-ce bien l'effet que
    vous recherchiez ?

    Tout à fait ! J’ai d’ailleurs utilisé ce principe dans l’un de mes romans inachevés : c’était
    l’histoire d’un jeune archéologue découvrant une machine antique – inspirée de la machine
    d’Anticythère – dont il réalisait, après de nombreuses recherches, qu’elle permettait le
    voyage temporel. Naviguant entre les époques, il perdait petit à petit la raison et doutait de
    la véracité de son aventure. Malheureusement je ne suis jamais venu à bout de ce travail,
    non seulement parce que l’histoire me semblait trop terne, mais également parce que je
    n’arrivais pas à décrire, de manière suffisamment nette, cette distinction parfois ténue entre
    le rêve et la réalité. J’avais seize ou dix-sept ans, à l’époque. Peut-être que je remettrai ce
    projet en chantier, un jour !


    Et si jamais « quelqu'un » venait frapper ainsi à votre porte, quelle serait votre
    réaction ?

    Je m’exilerai en Antarctique pour faire prendre l’air à ma folie du côté des montagnes
    hallucinées.


    Avez-vous d’autres projets littéraires ?

    Mais certainement ! Je travaille en ce moment à une sorte de saga dont les différents tomes
    seront à peu près interchangeables, et qui narrera les étranges aventures d’un écrivain du
    XIXème, capable de prédire l’avenir par les fictions qu’il invente – et donc d’éviter, ou de
    provoquer, une infinité de catastrophes en tout genre.


    Encore une fois, merci beaucoup d'avoir pris le temps de répondre à mes questions. ^^
    Un dernier mot pour la fin ?

    Merci à vous !

     

     

     

    Merci à Loïc Dossèbre d'avoir eu la gentillesse et la patience de répondre à mes questions.
    Si vous en avez, n'hésitez pas à (lui) poser des questions dans les commentaires. ;-)

     

     

     

     Bibliographie de Loïc Dossèbre :

    Nuit grise
    Le Connétable
    Réquisition pour un Dimanche
    Sur le seuil
    Celui qui ne voulait pas (Roman abandonné)

     


    Livre lu

    Sur le seuil

      

    Où retrouver l'auteur ?

    Facebook

    Blog

    Twitter

     


    2 commentaires
  • Intelligences - Jean-Luc Espinasse

     

    Sur fond de science-fiction, de philosophie et de politique, cette magnifique fable d'anticipation met en lumière les dérives et peurs sociétales qui dessinent notre monde actuel.

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Dans ma boîte aux lettres 24/06/2017

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Livr' a Vannes

     

    Lire la suite...


    10 commentaires
  • Zéphyria T1 - Néphilim - Episode 1 - Anaïs Guilmet

     

    Bienvenue à Zéphyria, le royaume des Anges !

     

    Lire la suite...


    2 commentaires
  • Achat Emmaüs du 17/06/2017

    Lire la suite...


    4 commentaires
  • Hôtel des muses - Ann Kidd Taylor

     

    Un superbe mélange d'évasion et d'émotions !

    Lire la suite...


    4 commentaires
  •  

    Pas de panique ! Cette semaine, certains passent le Bac. Pour se mettre dans l'ambiance de façon ludique, PKJ nous a concocté un tag sur ce thème. Le principe est toujours le même : présenter un livre correspondant à chaque question. Dans la mesure du possible, il faut essayer de ne pas répondre 2 fois avec le même livre !

     

           

     

    Saurez-vous trouver un livre pour chacune des 11 questions ?

     

    Français : citer un livre d'un auteur français dont vous avez apprécié la plume.

    Dernièrement, j'ai adoré la plume de Frédéric Bellec, mais avec deux coups de cœur sur deux livres lus, je vais citer la grande Karine Giébel et Purgatoire des innocents qui a été à la fois un très gros coup de cœur et une claque phénoménale !
    J'ai encore quatre de ses livres dans ma PAL et j'espère qu'ils suivront le même chemin que leurs prédécesseurs. ^^

     

     

     Mathématiques : citer un livre dont la couverture évoque les maths.

    Alors je ne l'ai pas lu, mais j'ai tout de suite pensé à un livre qui a fait beaucoup de bruit : Charlie + Charlotte de Shannon Lee Alexander. A part un manuel de maths, je ne vois pas de livre pouvant mieux convenir à cette catégorie. ^^

     

     

     

     

     

    Anglais : citer un livre dont le titre est en anglais (mais le contenu en français).

    J'ai choisi de mentionner Criminal Loft d'Armelle Carbonel. Le titre est en anglais, mais le contenu est en français vu que l'auteure est elle-même française.
    Au passage, j'ai adoré cette lecture. ^^

     

     

     

     

     

    Histoire : citer un livre dont l'intrigue se déroule dans un passé lointain.

    J'ai tout de suite pensé à L'armure de vengeance de Serge Brussolo qui se passe au Moyen-Âge.
    Une lecture très plaisante. ^^

     

     

     

     

     

     

    Géographie : citer un livre dont l'histoire se déroule dans un endroit que vous savez placer sur une carte.

    Pour cette catégorie, je choisi U4 - Stéphane de Vincent Villeminot. L'histoire commence à Lyon et continue à Paris. Je pense être en mesure de les placer sur une carte. ;-)
    Ce tome est celui que j'ai le moins aimé sur les quatre. Pas à cause du style de l'auteur, mais à cause de Stéphane, personnage que je n'ai pas spécialement apprécié.

     

     

     

    Philosophie : citer un livre qui vous a fait réfléchir.

    Facile ! Je vais même en citer deux, parce qu'ils font partie d'une saga : les T1  et T2 d'Exilium par Frédéric Bellec. Il y a tellement de messages forts, qu'ils ne peuvent que faire réfléchir.
    Je vous encourage plus que fortement à découvrir l'univers de cet auteur ! ^^

     

     

     

    Physique/chimie : citer un livre avec un personnage geek.

    Bien que je ne l'ai pas lu, j'ai tout de suite pensé à Geek Girl de Holly Smale.
    Je crois que le titre parle de lui-même. ^^

     

     

     

     

     

     

    Économie : citer un livre dans lequel le héros exerce une activité professionnelle.

    Tag PKJ : Le bacIl y en a tellement... Allez, allons-y avec L'heure des fous de Nicolas Lebel. Mehrlicht est capitaine dans la police et Latour et Dossantos sont ses acolytes.
    Si vous n'avez jamais lu cet auteur, je vous le conseille fortement ! Sans compter que Mehrlicht est une raison à lui seul de découvrir ses romans ! :D

     

     

     

     

    Sciences : citer un livre où les lettres SCIEN sont présentes dans le titre.

    Tag PKJ : Le bacAllez, un livre de mon auteur fétiche, un auteur que je suis et admire depuis que j'ai 12 ans : Bernard Werber et Demain les chats. Toutes les lettres y sont ! :D
    Au j'ai adoré ce livre, même si un passage en particulier m'a un peu dérangé...

     

     

     

     

    LV2 : citer un livre écrit ni en Français, ni en Anglais.

    Tag PKJ : Le bacComment ne pas citer le magnifique et sanglant Battle Royale de Kôshun Katami, écrit, à l'origine, en japonais ? Le film (que j'ai vu plusieurs fois) est un coup de cœur et le livre est une petite pépite parce que la psychologie des élèves y est vraiment travaillée.
    Je vous le conseille fortement si vous aimez ce genre. ^^

     

     

     

     

     

    Sport : citer un livre dans lequel le héros fait de la course à pied/du running.

    Tag PKJ : Le bacAlors là, je suis désolée, mais je sèche...

     

     

     

     

     

     

           

     

    Alors, je l'ai mon bac ? Besoin de passer au rattrapage ou pas ? :D

    N'hésitez pas à partager vos réponses avec Pocket Jeunesse sur les réseaux sociaux avec le hashtag #TagPKJ !


    2 commentaires